Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 13:49

C'est le titre d'un best-seller écrit par Allan et Barbara Pease. Leurs différents ouvrages, de la même veine, se sont vendus à plus de 14 millions d'exemplaires dans le monde.

Or, il se trouve qu'un des mes cousins (ce n'est pas pour me vanter, mais j'ai des cousins !), Daniel Tardy (ce n'est pas pour me vanter, mais un de mes cousins s'appelle effectivement Daniel Tardy !), a eu la bonne idée et le talent (ce n'est pas pour me vanter, mais mon cousin Daniel Tardy est bourré de talent !) d'adapter ce livre pour en faire une pièce de théatre, à deux acteurs (Niki Zischka et Lionel Buisson, excellents), qui rencontre un succès très mérité. Ce spectacle va reprendre, du 7 avril au 12 juillet 2008, au Complexe du rire, à Lyon. J'invite mes lecteurs à se précipiter pour réserver dès aujourd'hui leur billet d'avion, de train, de métro ou de bus leur permettant de ne pas manquer ce spectacle.

En attendant, il est possible de regarder la bande-annonce du spectacle et d'aller sur le site "BZT et Cie" pour lire certains commentaires de la presse ou de spectateurs ravis, ou faire un test.

Partager cet article

Repost0
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 23:13
Je dispose, pour l'administration de mon blog, d'un module de statistiques. Overblog me fournit, tous les jours, des informations, portant sur la dernière journée écoulée, ou la dernière semaine, ou le dernier mois :
- nombre de visiteurs uniques,
- nombre de pages consultées,
- provenance des visiteurs (pages sur lesquelles figuraient un lien vers mon blog, ou mots-clés saisis sur un moteur de recherche,...),
- évolution du "BlogRank",
- etc ...

Les informations sur la provenance des visiteurs me donnent l'occasion de découvrir des blogs qui retiennent particulièrement mon attention, pour telle ou telle raison. Ainsi, suis-je tombé surle blogd'un certains Gilles Boucomont, qui semble être un prédicateur protestant. Je vous livre iciune de ses prédications, qui rejoint tout-à-fait mon point de vue sur la convergeance entre la foi chrétienne et la pensée libérale Voici le texte.

Dieu sauve
Nos contemporains sont sûrs que la question des origines est une préoccupation théologique première pour les Juifs et les chrétiens. Le texte de la Genèse est bien connu de tous, même au-delà du cercle des croyants. Pour autant, la question des origines n’a pas beaucoup préoccupé le peuple de Dieu à travers les siècles, mais bien plutôt la question de la survie, du salut : “Comment fait-on pour être sauvé ?”. Nos contemporains se demandent plutôt : “De quoi Dieu nous sauverait-il ?”.

Texte de référence : Premier testament, Esaïe 58:6-12
Prédication donnée l’été 2005 à l’Eglise Réformée du Marais

Prédication

Comment vous présentez-vous quand on s’adresse à vous à l’improviste et qu’on vous dit : « Bonjour, à qui ai-je l’honneur ? »
— Je suis la dame du troisième et j’espère que notre bébé ne vous dérange pas trop la nuit.
— Je suis Monsieur Dupont et je suis désolé, mais je n’ai pas pu venir hier.
— Je suis Fred, je suis un américain et je visite Paris.
Et vous ? Qui dites-vous que vous êtes ? Comment vous présentez-vous ?
Vous dites qui vous êtes, et vous vous sentez être plutôt, suivant les contextes, un prénom, ou plutôt une fonction, plutôt une expression qui vous situe. Et vous complétez souvent par une phrase, car dans ne société on ne peut pas être tout court, il faut faire quelque chose.
— Je suis untel, et voilà ce que je fais.
— Je suis le nouveau pasteur de l’Église là-bas et je déballe mes cartons.

Dieu, dans son souci d’être compréhensible et proche de nous — d’aucuns parleront d’incarnation ou d’anthropomorphisme, mais c’est une fuite de dire de façon compliquée des choses qui sont simples —, Dieu, disais-je, se présente exactement comme nous :
— Je suis… et je fais ça…
Quand vous vous adressez à lui, quand vous priez, en somme, cela se passe de la façon suivante : [c’est vous qui commencez]
— Bonjour, à qui ai-je l’honneur ? dites-vous.
— Je suis l’Éternel ton Dieu qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude, dit Dieu.

Les présentations sont faites, on peut commencer à bavarder.
L’être de Dieu se joue donc dans un « Je suis » qui n’est pas qu’un prénom (son prénom à lui : l’Éternel) ou une fonction (Dieu), mais tout cela à la fois et même un petit peu plus :
— Je suis l’Éternel ton Dieu.
— Et dans la vie, ça fait quoi un Dieu ?
— Eh bien ça libère son peuple du pays d’Égypte, de la maison de servitude.
— Et, vous faites ça souvent ? Une fois que le travail est fait, vous devez être tranquille ?
— Figurez-vous, répond Dieu, que le problème, c’est qu’il faut sans cesse sortir d’Égypte : Jacob a dû sortir d’Égypte, Joseph le patriarche a dû sortir d’Égypte, Moïse a dû sortir d’Égypte, Jésus même a dû sortir d’Égypte. Mon peuple a un éternel besoin de sortir d’Égypte.
N’est-ce pas étonnant ce schéma transversal, valable pour tous : sortir d’Égypte ! De nos jours et au premier abord, on pense que sortir d’Égypte est une prérogative réservée aux touristes en croisière sur le Nil. Mais comme vous le savez, Dieu ne se contente pas seulement de l’Égypte géographique, mais plutôt de ce que certains ont appelé l’Égypte intérieure. Il nous faut sortir de tous les esclavages, de toutes les servitudes. Il nous faut quitter l’emprise de tous les pharaons, de Ramsès à Napoléon, de Toutankamon à Hitler, d’Akhénathon à Georges… comment s’appelle-t-il déjà ? J’ai oublié. Peu importe. Il nous faut abandonner toutes les servitudes des panthéons de tous les temps. Il y a une urgence à être sauvé du polythéisme pratique. Et la trajectoire du Dieu d’Israël, c’est de nous libérer de toutes les pyramides, celles que l’on doit construire sous un soleil de plomb ou ces pyramides, futiles et subtiles, de nos sociétés hiérarchiques et hiératiques.
Le Dieu de Moïse, le Dieu d’Israël et le Dieu de Jésus Christ est bien le même Dieu, il n’est pas un quarteron de divinités naturelles, instrumentalisées par les pouvoirs humains pour que règnent les régnants, pour que triomphent les forts, pour que s’élèvent des Khéops et Kephren qui sont les tombeaux des idoles, les tombeaux des impérialismes, et les tombeaux de la liberté.

— Sortez d’Égypte ! crie Dieu depuis la création du peuple.
— Sortez d’Égypte ! de toutes vos Égyptes et de toutes vos servitudes.
— Sortez maintenant, ne pensez pas que la pâte ait le temps de lever et de cuire avant de partir, partez maintenant.
Désormais s’ouvre le temps du salut, le temps de la sortie, de la course devant tous les Ramsès de tous les temps. Et cette libération, c’est maintenant. C’est toujours maintenant. C’est maintenant depuis trois mille deux cents ans. Car Dieu ne supporte plus de voir son peuple esclave, esclave des petits tyrans locaux, esclaves des prêtres de toutes religions, esclaves des bonnes consciences de tous les temps, esclaves des projets pharaoniques d’hommes qui se mettent à la place de Dieu.
— Sortez d’Égypte ! C’est moi qui vous libère de l’esclavage.
Libérer les esclaves est désormais la tâche première des croyants. C’est une tâche hautement politique et franchement spirituelle. C’est une tâche extrêmement pratique et totalement urgente puisque c’est maintenant, maintenant, et toujours maintenant, depuis l’Exode.

Voilà le vrai culte, voilà ce qui plaît à Dieu :
— Détache les chaînes de la méchanceté,
Dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés,
Et que l’on rompe toute espèce de joug, [et tant d’autres choses encore].
Le culte qui plaît à Dieu n’est pas de lui élever des pyramides ou de le nommer avec des superlatifs comme en attendent les pontifes. Le culte qui plaît à Dieu se trouve dans l’abaissement de ceux qui rejoignent les esclaves pour contribuer à rompre leurs chaînes. Parce qu’on ne peut pas les regarder de haut et les appeler à la liberté, puisque Dieu lui-même est descendu des hauteurs célestes où l’humanité voulait le confiner, afin de libérer ses enfants enchaînés.
En tant que chrétiens, nous avons reçus l’assurance d’être accueillis comme enfants de Dieu. « Voici mon Fils bien-aimé en qui je mets toute mon affection » (Matthieu 3:17). Vous êtes enfants d’un Dieu qui hurle chaque jour à son peuple : « Sortez d’Égypte ! maintenant ! Traversez ! ». Vous êtes les traversants, ceux qui viennent de l’autre côté, ceux qui passent sur l’autre rive : et en hébreu, ça se dit hibry, les hébreux, hibry, ceux qui vont passer leur temps à traverser de l’esclavage à la liberté, de la servitude au service. Vous êtes ceux qui ont leur esclavage derrière eux car ils ont changé de bord. Oui, nous tous, nous sommes les enfants de la libération, nous sommes le peuple qui a été expulsé de la matrice totalitaire qui veut tout régenter à toutes les époques. Nous sommes les enfants qui sont nés d’une expulsion hors du ventre confortable de l’Égypte, de cette Égypte où rien n’est à désirer, rien n’est à vouloir, puisqu’on décide de tout pour vous. Nous sommes les enfants du Dieu de Moïse, de ceux qui traversent miraculeusement pour naître à leur destinée, un peuple qui ose sortir quand la Mer(e) Rouge a perdu les eaux. Nous sommes enfin le peuple de ceux qui sont passés par les eaux vivifiantes du baptême qui nous a fait naître.
Le Dieu de Moïse, le Dieu de Jésus, votre Dieu, mon Dieu, est celui qui tient les clefs de toutes nos libertés, de toutes nos libérations. Et à des français, à ce peuple occidental qui a été le plus marqué par l’égyptomanie, celle de Louis XIV, celle de Napoléon ou des loges maçonniques, Dieu continue à dire :
— Sortez d’Égypte, même quand elle ne s’appelle plus Égypte !
A nous qui sommes sur l’axe de l’obélisque, de la pyramide transparente et des sarcophages sous la colonne de juillet, Dieu dit :
— Continuez à sortir d’Égypte, surtout si elle s’est donné un autre nom. Je suis l’Éternel ton Dieu qui t’ai fait sortir, qui t’ai libéré de la maison de la servitude.
Au peuple qui a pensé pouvoir sortir d’Égypte en coupant lui-même la tête de ses rois, Dieu dit : « Sortez d’Égypte, mais comme je l’ai voulu, selon mes façons de faire, mes procédés, dans le refus de la violence. C’est moi qui tiens la clef de votre libération et de votre liberté ».

En hébreu, Égypte se dit Mitzraïm, et ce mot veut aussi dire « les angoisses, la dépression ». Tiens, tiens… c’est au peuple qui consomme le plus d’antidépresseurs au monde que le Dieu de Moïse et de Jésus rappelle que c’est lui qui détient la posologie de notre libération : « Je suis l’Éternel ton Dieu qui te fais sortir du pays des angoisses, je suis l’Éternel ton Dieu qui te libère du pays de la dépression ; et c’est moi qui le fais ».

Oui, Dieu nous sauve de tous les esclavages, et c’est tellement dans son projet pour nous qu’il a même décidé de l’inscrire jusque dans le nom de son fils, afin que nul ne puisse oublier que son plaisir, sa délectation n’est pas dans nos pieux épanchements ou dans nos bâtons d’encens, mais dans notre capacité à nous inscrire dans son projet de libération. C’est pour cela que le Fils de Dieu s’appelle du beau nom de Jésus. Yéshouah, Dieu sauve, Dieu élargit. Dieu sauve et élargit comme on le fait pour un esclave qu’on sauve et qu’on élargit quand on le libère. Ce projet n’est pas pour un peuple lointain du nôtre dans le temps ou dans l’espace. Ce projet de Dieu est pour nous qui sommes ici maintenant. Alors sortons d’Égypte ! Maintenant !
Amen !

Partager cet article

Repost0
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 22:50
 Voici une tribune, publiée par le Figaro du 21 mars et également disponible sur le site Internet de ce quotidien, qui m'a bien plu : elle traduit beaucoup mieux que je n'aurais su le faire le malaise que j'ai ressenti à l'occasion de la mort de Chantal Sébire et des quelques jours précédents. Le même type de malaise que celui éprouvé au sujet de Vincent Humbert.

Par Olivier Jonquet , réanimateur, professeur à la faculté de médecine de Montpellier, porte-parole de l'association Convergence soignants-soignés, Xavier Mirabel,cancérologue, président de l'Alliance pour les droits de la vie et Tugdual Derville, délégué général de l'Alliance pour les droits de la vie.  

Le décès de Chantal Sébire nous émeut profondément. Nous avons été touchés par le processus d'emballement qui s'est emparé de notre société autour de son cas douloureux et spectaculaire. Sa prise de parole courageuse méritait le respect. Mais sa souffrance et sa mort devraient-ils rendre cette parole indiscutable ? Le retentissement et les conséquences de ce deuil nous concernent tous. Engagés auprès de personnes éprouvées, dépendantes ou en fin de vie, nous ne pouvons taire aujourd'hui notre triple malaise.

Premier malaise, sur l'impasse dans laquelle semble s'être enfermée Chantal Sébire. Nous entendions qu'elle ne soignait ses douleurs physiques qu'avec de l'aspirine. On nous a fait part d'une allergie à la morphine, mais, surtout, d'un refus des soins palliatifs dont la nécessité semblait évidente. Comme pour l'affaire Humbert, nous n'avions du dossier médical qu'un son de cloche qui laissait perplexe. Est-il indécent de s'interroger sur les conditions du parcours soignant qui a abouti à ce refus et à c e qui pourrait être un suicide , au moment même où le médecin traitant présentait à l'Élysée le dossier à un spécialiste ? Chantal Sébire disait agir en pleine possession de ses moyens. Mais l'idée qu'elle se faisait des soins palliatifs nous atterre. Quelle image lui en avait-on donnée ? Par ailleurs, quel fut véritablement le sens d'une demande qui récusait le suicide tout en réclamant qu'il soit médicalement administré ? On a enjoint la médecine non plus à soigner mais à tuer, comme si tuer pouvait vaincre la maladie.

Second malaise, sur le rôle des personnes qui se pressaient depuis quelques semaines autour de cette femme. Nul doute que le caractère spectaculaire de la tumeur dont elle souffrait en faisait, malgré elle, un symbole du combat pour l'euthanasie. Nous n'avons pas la naïveté de croire que cette image fut innocente. Le mouvement qui l'entourait ne fait pas mystère d'une revendication bien plus large que celle de traiter les exceptions.

Chantal Sébire ne fut-elle pas l'instrument d'un enjeu qui la dépassait ? Avait-elle les moyens de se libérer de ceux qui en ont fait leur porte-parole ? Ils savaient avoir trouvé un cas capable de faire « bouger les lignes ». Ils ont feint de croire que la justice pourrait permettre son euthanasie. L'émotion entretenue par ce suspense factice s'est faite totalitaire. Comment ne pas voir que celle qui s'est emparée des esprits leur a fait abdiquer la raison et le sens critique ? Interroger la réalité de la situation de Chantal Sébire risque d'apparaître comme une insulte à sa mémoire.

Troisième malaise, sur la façon dont l'opinion a vu traiter ce cas. Nous l'avons lu ici ou là dans les titres : « Chantal Sébire ne pourra pas mourir en France » ; « La justice refuse la mort douce à Chantal Sébire. » Comme si elle était condamnée à l'exil. Comme si l'euthanasie était douce. Des années d'explication sur le sens des soins palliatifs ont été pulvérisées par ces slogans mensongers. Déjà nous constatons la terreur que provoquent chez nos patients l'idée de la défiguration et celle des douleurs irrépressibles qui lui sont attachées. L'éventail des moyens analgésiques et d'accompagnement est méconnu. Déjà nous mesurons les effets néfastes d'un prétendu « droit au suicide » avancé ici ou là. Tous les efforts de la société pour sauver et consoler les désespérés et garantir leur place aux personnes dépendantes, sans les juger sur l'apparence, ont été contredits. Quel type de pitié poussait à croire qu'il valait mieux que Chantal Sébire meure vite ? N'a-t-elle pas témoigné jusqu'à ces derniers jours d'une vitalité admirable malgré la lourdeur de son handicap, sa peur et sa solitude ?

Nous le savons tous, la mort est une voleuse à laquelle on est obligé de consentir. Les moments qui la précèdent sont parmi les plus intimes, les plus intenses, les plus respectables aussi. Ils n'ont rien d'un spectacle. C'est un chemin personnel à parcourir. Ce qui explique que l'agonie soit réservée aux plus proches, tandis que les badauds en sont écartés par dégoût du voyeurisme et de l'obscénité. Cette chronique d'une mort annoncée nous attriste. Nous aurions aimé que Chantal Sébire en soit protégée.

Partager cet article

Repost0
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 17:56
C'est le titre du chant d'entrée que nous avons repris ce matin à la messe, à Ozoir-la-Ferrière, et dont voici la première strophe :

Dieu, qui nous appelles à vivre
aux combats de la liberté (bis),
Pour briser nos chaînes,
fais en nous ce que tu dis !
Pour briser nos chaînes,
fais jaillir en nous l'Esprit !
 
Plus tard, nous avons acclamé l'Evangile : "Ta parole, Seigneur, nous libère, ..."

Ces chants rejoignent les commentaires de Marie-Noëlle Thabut, dont j'avais déjà parlé dans un précédent article

"Je reviens sur la phrase « Dieu nous a sauvés » : dans la Bible, le mot « sauver » veut toujours dire « libérer » ; il a fallu toute la découverte progressive de cette réalité par le peuple de l’Alliance : Dieu veut l’homme libre et il intervient sans cesse pour nous libérer de toute forme d’esclavage ; des esclavages, l’humanité en subit de toute sorte : esclavages politiques comme la servitude en Egypte, ou l’Exil à Babylone, par exemple, et chaque fois, Israël a reconnu dans sa libération l’oeuvre de Dieu ; esclavages sociaux et la loi comme les prophètes appellent sans cesse à la conversion des coeurs pour que tout homme ait les moyens de subsister dignement et librement ; esclavages religieux, plus pernicieux encore ; la phrase célèbre « Liberté, combien de crimes a-t-on commis en ton nom ! « pourrait se dire encore plus scandaleusement « Religion, combien de crimes a-t-on commis en ton nom ! » ... Et les prophètes sont terribles là-dessus, pour interdire et chasser toutes les formes d’idolâtrie : cela n’a pas d’autre but que de nous libérer.

Le dernier esclavage, enfin, le plus terrible, est celui de la mort. Vous connaissez le psaume 109 / 110 qui annonce le Messie comme un roi victorieux sur tous ses ennemis et Paul l’applique à Jésus en disant sa victoire sur la mort ; le psaume 109 dit : « Le Seigneur a dit à mon seigneur (c’est-à-dire au Messie) Siège à ma droite, que je fasse de tes ennemis l’escabeau de tes pieds » ; et Paul complète dans la première lettre aux Corinthiens « le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort » (1 Co 15, 25-26)."

"... si nous ne trouvons pas dans les textes une parole libérante, c’est que nous ne les avons pas compris".

Dans les commentaires que fait Marie-Noëlle Thabut des lectures de ce 5e dimanche de Carême, certains complètent, précisent les citations ci-dessus :

"Cette certitude que Dieu n’abandonne jamais l’homme n’est pas née d’un coup ; elle s’est développée au rythme des événements concrets de l’histoire du peuple élu. L’expérience historique de l’Alliance est ce qui nourrit la foi d’Israël. Or l’expérience d’Israël est celle d’un Dieu qui libère l’homme, qui veut l’homme libre de toute servitude, qui intervient sans cesse pour le libérer ; un Dieu fidèle qui ne se reprend jamais. C’est cette foi qui guide toutes les découvertes d’Israël ; elle en est le moteur.

Quelques siècles plus tard (vers 165 av.J.C .), ces deux éléments conjugués, foi en un Dieu qui libère sans cesse l’homme, découverte de la valeur de toute personne humaine, ont abouti à la foi en la résurrection individuelle ; au terme de cette double évolution, il paraîtra évident que Dieu libèrera l’individu de l’esclavage le plus terrible, définitif de la mort. Cette découverte est si tardive dans le peuple juif qu’au temps du Christ, cette foi n’est pas encore partagée par tout le monde puisqu’on désigne les Sadducéens par cette précision « ceux qui ne croient pas à la résurrection »."


"« Près de toi est le pardon pour que l’homme te craigne » : cette formule très ramassée dit quelle doit être l’attitude du croyant face à ce Dieu qui n’est que don et pardon. Nous trouvons là encore une définition de la « crainte de Dieu » : ce n’est pas la crainte du châtiment ; toute la pédagogie de Dieu au long de l’histoire biblique cherche à nous libérer de toute peur ; car la peur n’est pas une attitude d’homme libre et Dieu veut nous libérer totalement ; la « crainte de Dieu » au sens biblique, c’est une adoration pleine d’émerveillement devant la Toute-Puissance de Dieu faite seulement d’amour. « Craindre » le Seigneur, c’est l’adorer et lui faire tellement confiance qu’on fera tout son possible pour obéir à sa loi dans la certitude que cette Loi n’est dictée que par son amour paternel.

Cette certitude du PAR-DON, du DON toujours acquis au-delà de toutes les fautes inspire à Israël une attitude d’espérance extraordinaire. Israël repentant attend son pardon « plus sûrement qu’un veilleur n’attend l’aurore ». « C’est Lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes » : nous rencontrons régulièrement dans les textes bibliques des expressions similaires. Elles annoncent à Israël sa libération définitive, la libération de toutes les fautes de tous les temps."

Partager cet article

Repost0
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 22:46

Je me fais souvent la réflexion qu'une partie non négligeable des articles de mon blog ne fait que reprendre des textes ou des enregistrements trouvés sur d'autres sites, blogs, parfois dans la presse écrite ou audiovisuelle.

C'est qu'on trouve de plus en plus de bonnes choses sur Internet, et il serait possible d'y passer des journées entières sans s'ennuyer. Les libéraux, en particulier, publient de nombreux articles de qualité et c'est le blog de l'un d'entre eux que je trouve particulièrement remarquable et vous invite à visiter aujourd'hui : "Objectif Liberté", de Vincent Bénard.

Ingénieur de formation, celui-ci est membre de l'Institut Turgot. Il a publié récemment un livre intitulé "Logement : crise publique, remèdes privés" qui a fait beaucoup parler de lui. Sur son blog, vous trouverez des articles traitant de sujets variés, pleins de bon sens, présentant des arguments très solides et souvent originaux, écrits dans un français tout à fait correct. Parmi ceux publiés au cours des deux dernières semaines :

- Permis de conduire: et si on supprimait l'examen ?

La semaine dernière a été marquée par une grève des inspecteurs du permis de conduire. En cause, une possible volonté du gouvernement de privatiser l'examen, ce dont les inspecteurs, fonctionnaires, ne veulent évidemment pas entendre parler. Naturellement, le gouvernement a reculé, mais ce n'est pas le sujet du jour. Cette grève a mis en exergue le véritable scandale du permis de conduire aujourd'hui: des coûts croissants de l'apprentissage hors de tout contrôle, des délais d'attente pour s'inscrire à l'examen tout à fait inacceptables, surtout après un premier échec... (lire la suite)

- Ingrid Bétancourt: l'ingérence française dans les affaires colombiennes doit cesser.

Les gesticulations du gouvernement français autour de l'hypothétique libération d'Ingrid Bétancourt, femme politique franco-colombienne sujette de toutes les attentions médiatiques, sont à la fois déplacées et potentiellement dangereuses pour tous les ressortissants français devant se déplacer dans des pays instables. (lire la suite)

- USA: John McCain, un bien meilleur candidat que H.Clinton ou B.Obama

Le Cato Institute a mis en ligne un comparateur des votes de tous les congressmen américains relatif à la question de la liberté du commerce international. L'institut a regardé qui s'était opposé aux subventions aux productions locales, ou aux barrières à l'importation de produits étrangers. (lire la suite)

- M6 lève le voile sur les profiteurs du logement social

M6M6 vient de nous offrir un excellent numéro de son émission vedette, "Capital",dont un des reportages était consacré à la fraude au logement social à Paris. Un grand moment de mise à nu du "modèle social français" et de ceux qui en tirent profit (lire la suite...)

 



- Faut-il laisser aux "riches" la possibilité de se soigner mieux ?ette histoire se passe en Grande Bretagne, j'ignore si elle aurait pu se dérouler aussi en France.

C'est l'histoire d'une dame anglaise (ne riez pas, ça commence comme une blague, la suite est moins drôle. Il n'y a que Desproges à pouvoir faire rire avec des trucs pareils), Mme Debbie Hirst, qui a un cancer du sein, lequel a commencé à Métastaser dans les poumons (lire la suite...) 

- Les délocalisations : une chance à saisir pour nos économies !

Il y a quelques jours, j'exposai le mécanisme vertueux selon lequel les délocalisations permettaient de dégager des marges financières qui à leur tour rendaient possible la création d'emplois à haute valeur ajoutée chez nous, dans un long article qui me valut quelques mels désobligeants, m'interpelant en substance ainsi :  "Comment osez vous dire que les délocalisations sont positives" ? L'idée selon laquelle la perte d'emplois de cols bleus est une blessure irréparable pour nos économies est solidement ancrée dans les esprits (lire la suite)  

- Réchauffement climatique : le GIEC, un organisme corrompu ?

Selon Vincent Grey, qui est un des membres du panel de relecteurs des travaux du GIEC (IPCC en anglais) depuis les débuts de cette institution, dont je rappelle qu'elle est à l'origine de toutes les décisions politiques prises "pour lutter contre le réchauffement climatique", le processus de sélection des données et des résultats de recherche qui alimentent les rapports du GIEC ne répondent pas aux normes de qualité d'un travail scientifique digne de ce nom, et le GIEC est une institution au fonctionnement, je cite, "corrompu" (lire la suite)

 

Partager cet article

Repost0
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 08:32

"Libéral et croyant", tel est le titre du site Internet développé par Arnaud Pellissier-Tanon. Celui-ci était rédacteur-en-chef de la revue "Point de rencontre Libéral et Croyant", et je crois qu'il est passé du papier à Internet pour réduire les coûts et augmenter la diffusion de textes souvent remarquables.

J'invite mes lecteurs à se précipiter sur ce site où les documents sont encore peu nombreux, mais d'une qualité exceptionnelle. Par exemple :
- un article récent de Philippe Nemo intitulé : "
L'infirmité de la paix de Babylone", d'accès un peu difficile, il faut le reconnaître (mais l'effort d'attention est bien récompensé !) ;
- un article plus ancien de Arnaud Pellissier-Tanon lui-même sur "
La subsidiarité, ce qu'elle n'est pas, ce qu'elle devrait-être", qui éclaire sur le très libéral principe de subsidiarité, principe fondamental de la doctrine sociale de l'Eglise catholique ;
- "
L'héritage culturel et spirituel de l'inflation forcée", de J.G. Hülsmann ;
- "
Des temps féodaux au Royaume normand de Sicile", florilège de passages marquants de "Droit et révolution", d'Harold Berman.

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 13:19
Le père Jean de Montalembert est également l'auteur d'un livre intitulé "L'aventure du christianisme" (avec des dessins de Brunor), publié au Cerf en Janvier 2008. Cet ouvrage ressemble à "Il est intelligent de croire", quant au contenu. Il s'adresse aux adolescents, à leurs parents et à leurs enseignants. J'ai compris qu'il était né d'une demande d'un groupe d'adolescents en contact avec l'auteur, en Argentine, et désireux de savoir comment argumenter pour défendre leur foi auprès d'un professeur de philosophie plutôt hostile.

J'ai parcouru cet ouvrage, qui m'a paru aussi intéressant que le précédent et que je me suis promis de lire dès que possible. En attendant, je vous en livre un extrait (page 183 et suivantes) qui devrait plaire à mes amis libéraux, croyants ou non, notamment ceux qui se battent pour la liberté de travailler le dimanche.

Jésus, homme libre.

(considérations de l'auteur sur la culture, qui façonne chaque homme et l'emprisonne un peu)

"Est-il permis, un jour de sabbat, de sauver une vie ou de la perdre ?"

Jésus était, comme tout le monde, façonné par sa culture qui était la culture juive de son époque, très marquée par la forte et originale pensée biblique. On sait par ailleurs que Jésus avait reçu une formation importante. Il savait lire et écrire, ce qui était rare en son temps. On l'appelait rabbi, ce qui veut dire maître en sagesse et en capacité d'interpréter les Ecritures sacrées d'Israël. Eh bien ! Jésus va montrer une extraordinaire liberté par rapport à sa propre culture, qui étonnera ses disciples et aussi son auditoire. L'évangile de saint Marc notera plusieurs fois que les gens qui entendaient son enseignement étaient frappés par l'autorité avec laquelle il parlait. Un bon exemple de la liberté de Jésus était son attitude par rapport au sabbat. Nous avons déjà parlé du commandement de la Loi qui oblige le peuple d'Israël à respecter le repos du sabbat. C'était un des fameux dix commandements reçus par Moïse au moment de l'alliance avec Dieu. C'était donc une loi très forte en Israël qui, avec le temps, s'était durcie au point qu'un jour de sabbat on n'avait strictement le droit de ne rien faire qui ressemble à du travail. Transgresser cette loi était une faute très grave. Jésus va faire exprès de guérir des gens le jour du sabbat et parfois dans une synagogue, là où les gens se rassemblaient pour honorer Dieu, écouter la Parole de Dieu en lisant des passages de la Bible. En faisant cela, il choquera beaucoup les gens très pieux de son peuple car il donnera l'impression de transgresser un commandement de Dieu. Mais lui dénoncera l'attitude trompeuse de ceux qui suivent scrupuleusement la loi de Moïse sans en chercher l'esprit. "Je vous demande s'il est permis le jour du sabbat de faire le bien ou le mal, de sauver une vie ou de la perdre" (Lc 6,9). Lors d'une dispute avec les autorités juives, Jésus dira même : "Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l'homme est maître même du sabbat." Ce qui était une affirmation proprement incroyable à prononcer.

"Il vous a été dit..., eh bien, moi je vous dis..."

Dans un très beau discours, rapporté par saint Matthieu, et que nous appelons le Sermon sur la montagne, Jésus se présentera comme le véritable interprète de la loi de Dieu, comme si lui, Jésus, connaissait réellement les intentions de Dieu. Ce sermon est prononcé sur la montagne, allusion claire à la montagne de Dieu où Israël a reçu sa charte fondamentale : les dix commandements et la loi de Moïse. Tout au long des paroles rassemblées dans ce "sermon", Jésus fera référence à cette charte fondamentale d'Israël : "Il vous a été dit..., mais moi je vous dis..." Jésus se présente comme l'interprète original et décisif de la loi de Moïse. Il fallait beaucoup d'autorité et de réflexion pour oser proposer une telle interprétation de l'antique loi d'Israël. Prenons quelques exemples :

Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre1 ; celui qui commettra un meurtre en répondra au tribunal. Et moi je vous dis : quiconque se met en colère contre son frère en répondra au tribunal... Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère2. Et moi je vous dis : quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà dans son coeur commis l'adultère avec elle... Vous avez appris qu'il a été dit : Oeil pour oeil, dent pour dent. Et moi je vous dis de ne pas résister au méchant. Au contraire, si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre3...

A première vue, on pourrait croire à une interprétation encore plus radicale de la loi de Moïse de la part d'un penseur extrémiste. En fait non, Jésus le dit lui-même, il est venu accomplir la loi de Moïse. Il ne s'agit pas de nouveaux règlements plus difficiles encore à suivre que les précédents, mais de les comprendre comme principes de vie, car venant de Dieu. A la source de l'homicide, qu'y a-t-il ? La colère. Alors essaie de bannir la colère de ton coeur et tu ne te trouveras pas sur le chemin du meurtre. Au point de départ d'une histoire d'adultère, qui est une irruption violente dans une alliance, il y a le regard de convoitise qui attise les sens. Comme le dit le language populaire : celle-là, celui-ci, je veux le posséder. Alors l'adultère commence déjà par le regard. Purifie donc ton regard, rend-le chaste et aimant. La loi du talion4 était déjà une régulation de la violence : ne fais pas plus de mal, en te vengeant, que celui que tu as subi. Mais on reste toutefois dans le registre de la violence. Alors, toi, bascule du côté de Dieu : "Si on te frappe sur une joue, tends l'autre." C'est une façon de dire : pouce ! je n'entre pas dans ton jeu de violence.
Cette autorité de Jésus, la liberté avec laquelle il interprète la Loi, la sûreté et la profondeur de son enseignement mettront ainsi les disciples sur la voie de la découverte de l'identité exceptionnelle de Jésus. Il donne l'impression d'avoir plus d'autorité que Moïse lui-même, celui qui avait donné à Israël la loi de Dieu et qui avait été son instrument pour la libération de l'esclavage en Egypte.


1. Il s'agit du cinquième des 10 commandements ; voir Exode 20,13
2. Le sixième commandement ; voir Ex 20,14
3. Mt 5, 21 s.
4. On trouve cette loi dans le livre de l'Exode 21, 23 ou Lévitique 24, 19-20 qui est résumée par l'expression devenue populaire : Oeil pour oeil, dent pour dent. "S'il arrive un malheur, tu paieras vie pour vie, oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, plaie pour plaie". La loi de Moïse cherchait, par cette règle, à contrôler les vendettas entre clans et familles, si chargées de violence. Au moins, qu'on ne fasse pas plus de violence qu'on en a subi. Le déchainement mimétique des vengeances pouvait mettre en péril toute la société.

Partager cet article

Repost0
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 09:25
"Il est plutôt intelligent de croire". C'est le titre d'un exposé fait dimanche dernier 17 février 2008, dans la salle paroissiale de l'église "Les pélerins d'Emmaüs", à Pontault-Combault, par le père Jean de Montalembert.
C'est également le titre d'un
ouvrage qu'il a publié en 2003 aux éditions Desclée de Brouwer. L'objet de ce livre est exposé sur le quatrième de couverture :
"Comme prêtre, curé de paroisse, je côtoie et reçois beaucoup de monde, en toutes sortes d'occasions. Il y a naturellement les personnes qui viennent demander un service religieux : baptême d'un enfant, mariage, célébration d'obsèques. C'est à chaque fois l'occasion d'un dialogue sur le sens de leur demande. Il y a aussi les relations avec les parents d'enfants inscrits au catéchisme, ou dans des mouvements d'Eglise. Il y a tous les liens d'amitié et de voisinage qui se tissent naturellement quand on habite un même quartier, un même village. Et les contacts fréquents avec les élus locaux. Dans ces contacts multiformes, j'ai souvent été interloqué par la méconnaissance de beaucoup sur la religion chrétienne, sur la nature de la foi, sur le rôle de l'Eglise dans l'histoire de notre pays. Il y a beaucoup de clichés, de propos convenus ou embarrassés, sur le fait de croire ou non, sur les propos du pape, sur le fonctionnement de l'Eglise ou sur le mariage des prêtres. Mon ambition est d'essayer d'expliquer de la façon la plus claire possible ce qu'est la foi chrétienne et à quoi elle sert, et donc aussi à quoi sert l'Eglise. J'aimerais faire comprendre qu'il est plutôt intelligent de croire et donc qu'il ne faut pas négliger la réflexion et la recherche dans ce domaine. Je m'adresse donc à tous ceux qui voudraient en savoir un peu plus... "

Jean de Montalembert, ancien aumônier national de l'ACI et de la JICF, a été responsable de la formation des laïcs du diocèse de Meaux, puis curé du Val d'Europe, à Disneyland Paris. Il est, depuis 2001, aumônier de la communauté francophone d'Argentine. Il a publié, avec Robert Pousseur, Le cri de l'Apocalypse (Centurion) et L'Eglise et les Barbares du XXIe siècle (L'Atelier).

J'ai été frappé par la clarté de l'exposé et par le sourire permanent qui éclaire le visage de Jean de Montalembert ("Un diamant dans la poitrine brille sur le visage" dit, paraît-il un dicton exotique).

L'intervenant nous apprit que la moyenne d'âge de ses paroissiens (expatriés, pour la plupart), à Buenos Aires, était de 30 ans environ, si l'on exclut les enfants, et de moins de 20 ans, si on les inclut. Soit beaucoup moins que la moyenne d'âge dans les paroisses qu'il a pu fréquenter en France. Il expliqua que cette différence était principalement la conséquence, selon lui, de la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat (1905) et du fait que l'enseignement religieux avait alors disparu de notre système éducatif public. Il se réjouissait que l'étude des principales religions soit à nouveau inscrite au programme d'histoire, et que cet enseignement soit réalisé dans des conditions tout à fait acceptables, même s'il est fréquent que des élèves en sachent plus que les professeurs sur ce sujet. Il rapporta l'anecdote suivante. Un élève, entendant son professeur parler du péché originel en disant que "Eve avait croqué la pomme" réagit en expliquant que la Bible ne parlait pas de pomme mais de fruit. L'enseignant contesta, si bien que l'élève lui apporta un exemplaire de la bible pour prouver ses dires. L'enseignant reconnut alors son erreur et déclara que c'était la première fois de sa vie qu'il ouvrait une bible !

Jean de Montalembert nous indiqua également qu'il croyait que la relation au corps avait changé au milieu du siècle dernier selon lui. Depuis la découverte des sulfamides et des antibiotiques, notamment, le corps n'est plus vécu comme une source de souffrance, mais de plaisir, de bien-être.

J'ai noté, également, comment il observait la France depuis l'Argentine : "Nous sommes recroquevillés sur nous-mêmes et notre confort. Nous passons notre temps à protéger nos acquis. Nous fermons nos frontières, car nous refusons que les pays moins développés que nous nous rattrapent". Il illustra cette opinion par deux faits significatifs récents : "Lorsque j'ai débarqué à l'aéroport, les chauffeurs de taxi étaient en grève. En Argentine, 60% des cultures sont OGM" Je buvais du petit lait en l'écoutant. Je pensais en moi-même : "La grande majorité de la quarantaine de personnes assistant à l'exposé est probablement solidaire des chauffeurs de taxi et des faucheurs de plants OGM"

(à suivre...)

Partager cet article

Repost0
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 23:33
Parmi mes amis libéraux, plusieurs m'ont fait part de leur scepticisme quant à la compatibilité entre la doctrine sociale de l'Eglise catholique et la pensée libérale.

Ainsi, Vincent m'écrivait-il : "Vu de l'extérieur (je ne suis pas catholique ni autre religion), à la télé et aux quelques mariages et enterrements auxquels j'ai pu assister, l'Eglise catholique française me donne l'impression d'avoir un discours de misérabilisme, genre, la pauvreté, c'est bien, le dénuement, c'est rejoindre le Christ. Je n'ai pas entendu de choses qui disent 'ta vie, c'est ta responsabilité, bouge toi'. De l'abbé Pierre à soeur Terresa ou l'autre prêtre ouvrier qui était à la mode et qui passait à la télé en blouson en cuir (Vincent pensait probablement au père Guy Gilbert), dans tout ça, j'ai du mal à voir le libéralisme.
En même temps, il m'a semblé que Jean-Paul II ou Benoît XVI, ça semble plus parler d'invididu responsable.
Alors, je me demandais s'il n'y a pas des catholiques étatistes et des catholiques libéraux ? Et comme dans tout le reste, le catholicisme français penche plutôt à gauche."

Christophe, baptisé et ayant fait sa 1ère communion, m'écrit, quant à lui :
"Je suis allé à de nombreux mariages où j'ai entendu des choses incroyables. Du genre: 
- Si X et Y se marient aujourd'hui, ce n'est pas parce qu'ils l'ont décidé mais parce que Dieu l'a décidé
- Quoi que nous fassions, rien n'est de notre fait
- Nous ne sommes que des agneaux irresponsables guidés par Dieu
Avec un tel état d'esprit, on peut se demander comment Dieu pourrait juger les hommes s'ils ne sont responsables de rien." 

J'entends moi aussi, régulièrement, des chrétiens dire les pires âneries. Elles viennent de chrétiens de base, mais aussi de prêtres ou d'évêques. La plupart d'entre eux ont une culture économique consternante, comme la plupart des Français, et ils répètent les sornettes proférées par la classe politico-médiatique ou par les enseigants. Cela donne :
(Un prêtre, durant son homélie) : "Bien sûr, il n'est pas question pour moi de critiquer les décisions du gouvernement. Les lois votées sont sûrement toutes bonnes"
(Un autre prêtre, durant son homélie) : "S'il y a des riches, ils le sont forcément devenus au détriment des pauvres"
Un évêque, alors que je lui demandais "Quelle image du libéralisme les prêtres ont-ils ?" me répondit "Pour la plupart d'entre eux, le libéralisme, c'est le règne du fric, l'argent-roi"

Je constate que certains aspects de la doctrine sociale de l'Eglise (sur la vie économique, le travail humain, les principes fondamentaux, le sous-développement, ..) sont méconnus de l'immense majorité des catholiques, clergé compris.

J'ai découvert, il y a quelques semaines, que les
commentaires de Marie-Noëlle Thabut sur les textes de la liturgie dominicales, que j'écoute parfois sur Radio Notre-Dame, le dimanche de 8 heures à 8 heures 30, sont maintenant disponibles (pendant deux semains environ) sur Internet. Je trouve ces commentaires remarquables, en ce sens qu'ils donnent des explications sur le contexte historique, d'autres sur le sens à donner à certains mots, d'autres enfin sur le sens général des lectures, l'interprétation à leur donner.
Cette femme insiste régulièrement sur le fait que le Dieu des chrétiens est un Dieu qui veut la liberté des hommes. Prenons deux exemples, précédés par un commentaire qui me semble fondamental : celui de la 2e lecture du 2e dimanche de l'Avent - A (Romains 15, 4 - 9).

" Voilà une phrase à écrire en lettres d’or : « Frères, tout ce que les livres saints ont dit avant nous est écrit pour nous instruire afin que nous possédions l’espérance grâce à la persévérance et au courage que donne l’Ecriture. »

- Etre convaincu que l’Ecriture n’a qu’un but, celui de nous instruire, qu’elle est pour nous source de persévérance et de courage, c’est la seule clé pour l’aborder. A partir du moment où nous abordons la Bible avec cet a priori positif, les textes s’éclairent. Pour le dire autrement, l’Ecriture est toujours Bonne Nouvelle ; concrètement, cela veut dire que si nous ne trouvons pas dans les textes une parole libérante, c’est que nous ne les avons pas compris. Ce n’est pas un péché de ne pas comprendre, il faut seulement continuer à travailler pour découvrir la Bonne Nouvelle qui est toujours dans l’Ecriture.

- Quand nous acclamons la Parole de Dieu à la Messe, ou bien quand nous disons « Evangile, (c’est-à-dire Bonne Nouvelle) de Jésus-Christ notre Seigneur », ce n’est pas une simple façon de parler. C’est le contenu même de notre foi ; comme dirait La Fontaine « Un trésor est caché dedans » ; à nous de creuser le texte pour le découvrir.

- Pas étonnant que l’Ecriture nourrisse notre espérance puisqu’elle n’a en définitive qu’un seul sujet, l’annonce du fantastique projet de Dieu, ce que Paul appelle le « dessein bienveillant de Dieu », c’est-à-dire la parole d’amour de Dieu à l’humanité.

Exemple 1, au sujet de la première lecture du 3e dimanche de l'avent :
"(...) Et tout cela sera l’oeuvre de Dieu : « Il vient lui-même et va vous sauver... » ; c’est cette œuvre de salut que le prophète appelle « la gloire de Dieu ». Il dit : « On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. » Et Isaïe continue : « Ils reviendront les captifs rachetés par le Seigneur » ; et l’on sait que le mot « rachetés », dans la Bible, veut dire « libérés » ; tout comme le mot « rédemption » signifie « libération ».

La Loi juive prévoyait une règle qu’on appelait le « rachat » : lorsqu’un débiteur était obligé de vendre sa maison ou son champ pour payer ses dettes, son plus proche parent payait le créancier à sa place et le débiteur gardait donc sa propriété (Lv 25, 25) ; si le débiteur avait été obligé de se vendre lui-même comme esclave à son créancier parce qu’il ne possédait plus rien, de la même manière son plus proche parent intervenait auprès du créancier pour libérer le débiteur, on disait qu’il le « revendiquait ». Il y avait bien un aspect financier, mais il était secondaire : ce qui comptait avant tout, c’était la libération du débiteur.

Le génie d’Isaïe a été d’appliquer ces mots à Dieu lui-même pour nous faire comprendre deux choses : premièrement, Dieu est notre plus proche parent ; deuxièmement, il veut nous libérer de tout ce qui nous emprisonne. Et c’est pourquoi nous chantons si volontiers « Alleluia » qui veut dire « Dieu nous a amenés de la servitude à la libération ».

Exemple 2
DEUXIEME DIMANCHE DE CAREME - A
DEUXIEME LECTURE - - Deuxième Lettre à Timothée 1, 8b - 10
 

Fils bien-aimé,


8 avec la force de Dieu, prends ta part de souffrance
pour l'annonce de l'Evangile.
9 Car Dieu nous a sauvés,
et il nous a donné une vocation sainte,
non pas à cause de nos propres actes,
mais à cause de son projet à lui et de sa grâce.
Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles,
10 et maintenant elle est devenue visible à nos yeux,
car notre Sauveur, le Christ Jésus, s'est manifesté
en détruisant la mort,
et en faisant resplendir la vie et l'immortalité
par l'annonce de l'Evangile.


 © AELF

COMMENTAIRE
 

Paul est en prison à Rome, il sait qu’il sera prochainement exécuté : il donne ici ses dernières recommandations à Timothée ; « Fils bien-aimé, avec la force de Dieu, prends ta part de souffrance pour l’annonce de l’Evangile ». « Prends ta part de souffrance » : cette souffrance, c’est la persécution ; elle est inévitable pour un véritable disciple du Christ. Jésus l’avait dit lui-même « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même et prenne sa croix et qu’il me suive... Qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Evangile la sauvera. » (Mc 9, 34-45).

L’expression « l’annonce de l’Evangile » se retrouve à l’identique à la fin de ce passage qui se présente donc comme une inclusion ; et le passage central, encadré par ces deux expressions identiques détaille ce que c’est que cet Evangile ; quand Paul emploie le mot « évangile », il ne pense pas aux quatre livres que nous connaissons aujourd’hui et que nous appelons les quatre évangiles ; il emploie le mot « évangile » dans son sens étymologique de « bonne nouvelle ». Tout comme Jésus lui-même l’employait quand il commençait sa prédication en Galilée en disant « Convertissez-vous, croyez à l’évangile, à la bonne nouvelle. » Et il ne s’agit pas de n’importe quelle bonne nouvelle : ce mot « évangile » était employé pour annoncer la naissance de l’empereur ou sa venue dans une ville. Il est évidemment intéressant d’entendre ce mot ici : cela veut dire que la prédication chrétienne est l’annonce que le royaume de Dieu est enfin inauguré.
En ce qui concerne Paul, c’est donc dans la phrase centrale de notre texte que nous allons découvrir en quoi consiste pour lui l’évangile : il tient finalement en quelques mots : « Dieu nous a sauvés par Jésus-Christ ».

« Dieu nous a sauvés », c’est au passé, c’est acquis, mais en même temps, pour que les hommes entrent dans ce salut, il faut que l’évangile leur soit annoncé ; c’est donc vraiment d’une vocation sainte que nous sommes investis : « Dieu nous a sauvés , et il nous a donné une vocation sainte » : ... « vocation sainte » parce qu’elle est confiée par le Dieu saint, vocation sainte parce qu’il s’agit ni plus ni moins d’annoncer le projet de Dieu, vocation sainte parce que le projet de Dieu a besoin de notre collaboration : chacun doit y prendre sa part, comme dit Paul.

Mais l’expression « vocation sainte » signifie aussi autre chose : le projet de Dieu sur nous, sur l’humanité, est tellement grand qu’il mérite bien cette appellation ; car si j’en crois ce que Paul dit ailleurs du « dessein bienveillant de Dieu », la vocation de toute l’humanité est de ne faire plus qu’un en Jésus-Christ, d’être le Corps dont le Christ est la tête, et d’entrer dans la communion de la Trinité sainte. La vocation particulière des apôtres s’inscrit dans cette vocation universelle de l’humanité.

Je reviens sur la phrase « Dieu nous a sauvés » : dans la Bible, le mot « sauver » veut toujours dire « libérer » ; il a fallu toute la découverte progressive de cette réalité par le peuple de l’Alliance : Dieu veut l’homme libre et il intervient sans cesse pour nous libérer de toute forme d’esclavage ; des esclavages, l’humanité en subit de toute sorte : esclavages politiques comme la servitude en Egypte, ou l’Exil à Babylone, par exemple, et chaque fois, Israël a reconnu dans sa libération l’oeuvre de Dieu ; esclavages sociaux et la loi comme les prophètes appellent sans cesse à la conversion des coeurs pour que tout homme ait les moyens de subsister dignement et librement ; esclavages religieux, plus pernicieux encore ; la phrase célèbre « Liberté, combien de crimes a-t-on commis en ton nom ! « pourrait se dire encore plus scandaleusement « Religion, combien de crimes a-t-on commis en ton nom ! » ... Et les prophètes sont terribles là-dessus, pour interdire et chasser toutes les formes d’idolâtrie : cela n’a pas d’autre but que de nous libérer.

Le dernier esclavage, enfin, le plus terrible, est celui de la mort. Vous connaissez le psaume 109 / 110 qui annonce le Messie comme un roi victorieux sur tous ses ennemis et Paul l’applique à Jésus en disant sa victoire sur la mort ; le psaume 109 dit : « Le Seigneur a dit à mon seigneur (c’est-à-dire au Messie) Siège à ma droite, que je fasse de tes ennemis l’escabeau de tes pieds » ; et Paul complète dans la première lettre aux Corinthiens « le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort » (1 Co 15, 25-26).

« Notre sauveur, le Christ Jésus s’est manifesté en détruisant la mort et en faisant briller la vie et l’immortalité » ; nous retrouvons ici les oppositions de Paul, mort / vie, ténèbres / lumière ; vous me direz « nous continuons à mourir » ; oui, mais désormais la mort nous apparaît comme le passage au-delà duquel brille la lumière sans déclin. La mort biologique fait partie de notre constitution physique faite de poussière, comme dit le livre de la Genèse, mais elle ne nous sépare pas de Jésus-Christ. En nous, il y a une vie, faite de notre relation à Dieu et que rien, même la mort biologique, ne peut détruire ; c’est ce que Saint Jean appelle « la vie éternelle ».


Partager cet article

Repost0
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 09:24
La remarquable association Sauvegarde Retraites mène actuellement une campagne qui mérite, à mon goût, d'être soutenue. Voici le texte du billet que viens de recevoir de sa part.

****************************************
LE BILLET DE SAUVEGARDE RETRAITES
****************************************

Vous êtes retraité et, cette année, votre pension n'est revalorisée que de 1,1 % ?
Vous êtes toujours en activité, et votre retraite, vous n'osez pas trop y compter ?

Et bien, comprenez que les fonctionnaires en retraite dans les îles d'Outre-mer s'en contrefichent littéralement.

Pour eux, le moins que l'on puisse dire, c'est que ça baigne !

+ 75 % de majoration de pension pour ceux qui s'installent en Polynésie (Tahiti, Bora-Bora...), en Nouvelle-Calédonie ou à Wallis-et-Futuna...

Le tout agrémenté d'une fiscalité très exotique : exonération de CSG-CRDS, réduction d'impôts...

Le système de retraite français a beau s'effondrer, les fonctionnaires sont de plus en plus nombreux, sans scrupules, à aller se prélasser sous les cocotiers.

Jugez plutôt :

 

OUVRIR LE DIAPORAMA
.

 

Si vous ne parvenez pas à lire ce diaporama, nous vous invitons à télécharger la visionneuse powerpoint de Microsoft en cliquant ici (ce téléchargement ne prendra que deux à trois minutes).

 
  Marie-Laure Dufrêche
  Déléguée Générale

__________________________________________________
Sauvegarde Retraites, association Loi 1901 indépendante de toute
formation politique, syndicale ou professionnelle, rassemble
plus de 75 000 personnes qui veulent obtenir un système de retraite
plus efficace, plus juste et plus responsable.
L'association se refuse statutairement de recevoir des subventions.
Elle ne vit que des dons de ses membres donateurs.

Pour faire un don en ligne, c'est simple, rapide, sécurisé, cliquez ici.

Pour connaître les dernières informations concernant les retraites, cliquez ici

Si vous souhaitez vous abonner ou modifier votre adresse e-mail, cliquez ici.

Partager cet article

Repost0